Les impôts pris en compte dans le reste à vivre

Actuellement, les établissements bancaires considèrent les impôts comme des charges faisant partie du reste à vivre de leurs clients souhaitant contracter un prêt immobilier.

L’arrivée du prélèvement à la source à partir du 1er janvier 2019 inquiète bon nombre d’acteurs du secteur immobilier : ils craignent en effet que les banques réduisent les montants prêtés en prenant dorénavant en compte le seul salaire net.

Prélèvement à la source et emprunts : les banques n’ont pas encore tranché

Dans l’hypothèse où les banques prendraient en compte le salaire net après le prélèvement à la source, avec un taux d’endettement maximum maintenu à 33 % (les remboursements ne devant pas dépasser un tiers des revenus du ménage), la capacité d’emprunt baisserait effectivement.

Mais pour l’instant, les banques n’ont encore rien décidé. Elles souhaitent en tout cas adopter une politique de prêt qui ne pénalisera pas les emprunteurs.

Les banques souhaitent adopter une politique de prêt qui ne pénalisera pas les emprunteurs.

La réduction fiscale Pinel impactée par le prélèvement à la source ?

La réduction d’impôt sur le revenu Pinel, accordée en contrepartie d’un investissement immobilier locatif dans un logement neuf, pourrait également subir les effets du prélèvement à la source.

Avantage non pris en compte lors du calcul du taux du prélèvement, cette réduction sera dorénavant remboursée par l’État chaque année en septembre. Les courtiers spécialisés espèrent un versement plus tôt dans l’année d’une avance sur cette réduction d’impôt, ce qu’un décret pourrait venir confirmer.

 

© Uni-éditions – juillet 2018