Lancée en février 2017, la subvention de l’Etat pouvant aller jusqu’à 200 euros pour s’équiper d’un vélo à assistance électrique (VAE) neuf a été victime de son succès. Si elle a permis à environ 250 000 personnes de s’équiper, elle a coûté 50 millions d’euros, alors que le gouvernement avait tablé sur un budget prévisionnel de 30 millions d’euros. Les autorités ont donc décidé de faire évoluer le dispositif à compter du 1er février 2018.

Qui peut bénéficier de la prime vélo électrique ?

Auparavant, toute personne majeure, les entreprises et les administrations justifiant d’une adresse en France pouvaient demander la prime à l’achat. Depuis le 1er février 2018, la subvention est attribuée uniquement aux foyers à revenus modestes. Ainsi, sont éligibles à la prime, les foyers :

  • non imposables sur le revenu ;
  • et qui résident dans une municipalité proposant une aide similaire.

Quel est le montant de la prime pour achat d’un VAE ?

Le montant de la prime ne peut pas être supérieur à celui de l’aide de la collectivité locale. Et le cumul des deux aides ne peut être supérieur à 20 % du coût d’acquisition, hors options, toutes taxes comprises, du VAE dans la limite de 200 €.

Exemple : pour un VAE de 900 euros TTC, si la commune abonde de 100 euros, la prime d’état ne pourra être supérieure à 80 euros (180 euros représentant 20 % du prix total).

Quelles sont les collectivités qui proposent une subvention ?

Depuis les nouvelles conditions de février 2018, certaines communes ont pu modifier, maintenir ou supprimer leur système d’aide à l’achat d’un VAE. Pour savoir si votre ville propose toujours un tel dispositif en 2018, renseignez-vous auprès de votre mairie.