Les chutes, un accident inévitable ?

Tout le monde est déjà tombé au moins une fois dans sa vie, avec des conséquences plus ou moins graves pour l’intégrité physique. En partant de ce constat, les seniors sont statistiquement davantage exposés aux répercussions malheureuses en la matière. La fragilité du corps grandit au fur et à mesure que l’âge augmente et il devient alors de plus en plus important de se protéger contre ces risques.

La diminution de l’acuité visuelle ou auditive, les troubles liés à l’équilibre et la mobilité ou la prise de médicaments sont des facteurs aggravants de survenance d’une chute. Les déplacements au quotidien peuvent s’avérer de plus en plus difficiles et les chiffres montrent bien une corrélation entre un âge avancé et l’existence d’un accident :

  • 400 000 personnes âgées font chaque année une chute accidentelle
  • Plus de 9 300 décès chez les seniors suite à ce type d’accident
  • 1 chute sur 12 implique une fracture, dont 1/3 ciblé sur le col du fémur 
  • La chute d’une personne âgée de plus de 65 ans survient en moyenne 3 fois par an.
À savoir :

Une opération du col du fémur peut coûter entre 500 € et 3 000 € selon la clinique et la prothèse. Un repos d’environ 3 semaines est généralement observé après une telle intervention chirurgicale. Le coût global peut rapidement augmenter de plusieurs milliers d’euros avec la rééducation et les aménagements souvent nécessaires au domicile.

Comment l’Assurance des Accidents de la Vie (AAV) me couvre-t-elle ?

En matière de prévoyance, l’Assurance des Accidents de la Vie représente l’assurance la plus adéquate pour couvrir les risques au quotidien. Concrètement, elle permet de bénéficier d’une aide financière, matérielle et d’assistance en cas de Déficit Fonctionnel Permanent (DFP) ou non.

Les aides proposées par l’assureur sont proportionnelles au taux d’incapacité consécutif à une chute, établi par un médecin. Le déficit en question doit remplir plusieurs conditions pour être pris en compte :

  • Définitif 
  • Stable 
  • Temporaire
  • Compris entre 1 % et 100 % : certains assureurs ne proposent une indemnisation qu’à partir de 5 % ou 10 % (l’on parle alors de seuil, en-dessous duquel aucune indemnité ne sera versée).

En somme, le taux établi par un médecin pour le préjudice subi en cas de chute repose sur l’évaluation d’une perte de moyens physiques, psychiques, physiologiques ou psychologiques. Une perte de mobilité (définitive ou non) rentre dans ce cadre et constitue un handicap pour la continuité de la vie au quotidien.

L’Assurance des Accidents de la Vie peut éventuellement verser une indemnité aussi pour les frais médicaux comme l’intervention chirurgicale nécessaire le cas échéant, les transports sanitaires, les dépenses relatives au secours éventuellement nécessaires ou encore les frais d’obsèques.

Quelles autres assurances pour couvrir ma chute ?

Plusieurs autres contrats d’assurance permettent d’être protégé en cas de problème lié à une chute :

  • L’individuelle accident, garantie notamment incluse dans l’Assurance des Accidents de la Vie.
  • L’assurance auto, qui intervient uniquement dans le cadre de la conduite, selon la formule choisie.
  • Les assurances de protection juridique, afin de pouvoir se retourner contre la personne ou l’entité responsable, comme les services en charge de l’entretien de la voirie si la chute survient sur un trottoir couvert de feuilles mouillées par exemple.

Pour aller plus loin

Source : Uni-média 2019

Avertissement : Les informations fournies par LCL proviennent de sources dignes de foi mais ne sauraient entraîner sa responsabilité en cas d'inexactitude.