Les loyers reçus sont en principe imposés dans la catégorie des revenus fonciers, selon le régime du micro-foncier ou selon le régime réel. Tout dépend de l’importance de vos revenus fonciers (inférieurs ou supérieurs à 15 000 € par an).

En principe, vous n’aurez pas à payer d’impôt sur vos loyers reçus en 2018 car celui-ci sera effacé par le crédit d’impôt pour la modernisation du recouvrement (CIMR), à la condition toutefois que vos loyers soient considérés comme des revenus courants. Les loyers considérés comme exceptionnels resteront imposables (arriérés de loyers ou loyers payés d’avance, par exemple).

Les revenus tirés de la location meublée non professionnelle (LMNP) sont imposés à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et non dans la catégorie des revenus fonciers.

S’agissant des plus-values immobilières, l’impôt dû est calculé et payé par le notaire. De nombreuses ventes immobilières sont toutefois exonérées (dont la vente de la résidence principale). 

Avertissement : Les informations fournies par LCL proviennent de sources dignes de foi mais ne sauraient entraîner sa responsabilité en cas d'inexactitude.