Circulation sur les trottoirs, non-respect des feux de signalisation, vitesse maximum dépassée… Depuis du 25 octobre 2019, les règles ont changé pour les trottinettes électriques. Leur entrée dans le code de la route les définit comme une nouvelle catégorie de véhicules personnels électriques. Sont également concernés les mono-roues, les gyropodes (véhicule électrique monoplace, constitué d'une plateforme sur deux roues que le conducteur, debout, manœuvre à l'aide d'un manche) ou encore les hoverboard (planches gyropodes à deux roues, munies d'une propulsion électrique)...

Ce qu’il faut retenir du nouveau décret

Que souhaitent les pouvoirs publics ?

Lutter contre les comportements dangereux et les incivilités des conducteurs. Le décret définit le statut des véhicules, les équipements obligatoires et les règles de circulation à respecter. La loi d’orientation des mobilités (LOM) va également permettre aux maires d’adapter ces règles aux spécificités de la circulation dans leur commune.

Comment devront être équipés ces nouveaux véhicules personnels électriques ?

De freins, de feux avant et arrière, de dispositifs rétro-réfléchissants et d’un avertisseur sonore. Les conducteurs devront porter un vêtement ou un équipement rétro-réfléchissant, les moins de 12 ans un casque.

A noter : les trottinette électriques étant des véhicules terrestres à moteur, l’assurance est obligatoire pour circuler.

Interdiction d’emprunter les trottoirs

La circulation sur les trottoirs sera interdite, sauf disposition contraire prise par une municipalité. Les contrevenants encourront une amende de 135 €.

La vitesse maximale des trottinettes électriques sera bridée à 25 km/h. En cas de non-respect de cette limitation, l'usager s'exposera à une amende de 1 500 €.

La conduite des véhicules personnels électriques sera interdite aux moins de 12 ans. Il sera également défendu de prendre un passager, quels que soient son âge ou sa taille. En cas de non-respect de ces règles, l'usager s'exposera à une amende de 35 €.

La fin de l’anarchie en termes de stationnement ?

Les maires vont pouvoir prendre des dispositions pour réglementer le stationnement des trottinettes, particulièrement sur les trottoirs. Les engins ne devront pas gêner la circulation des piétons sous peine, là encore, d’amendes salées pour leurs usagers.

Assurance obligatoire

Comme le précise l’article L 211-1 du code des assurances, les nouveaux véhicules électriques individuels doivent être assurés. Si une assurance responsabilité civile suffit à prendre le guidon d’une trottinette, une formule intégrale - incluant la garantie individuelle du conducteur, permet de couvrir le risque d’une chute.

Trottinettes en libre-service

Un conseil qui vaut également pour les utilisateurs de trottinettes en libre-service : les conditions générales des loueurs sont souvent floues et prévoient souvent une décharge de responsabilité en cas d’accident - responsable ou non !

Notre offre

Assurance Trottinettes électrique

L’assurance Nouveaux Véhicules Electriques Individuels (NVEI) couvre les nouveaux engins de mobilité urbaine de type trottinettes électriques, hoverboard ou hoverdrive, gyropode, mono-roue électrique (monowheel ou solowheel), speed bike, que vous soyez débutant ou expérimenté, vous êtes couvert lors de vos déplacements loisirs, domicile-travail.

Assurance NVEI

Avertissement : Les informations fournies par LCL proviennent de sources dignes de foi mais ne sauraient entraîner sa responsabilité en cas d'inexactitude.