Accident de la vie courante : définition

Les accidents de la vie courante (également appelés AcVC) sont définis, par l’Institut de veille sanitaire, comme des traumatismes non intentionnels qui ne sont :

  • ni des accidents de la circulation,
  • ni des accidents du travail.

 Ils sont généralement répartis selon l’activité ou le lieu où ils surviennent.

Graphique
Chiffre-clé

Les accidents de la vie courante représentent plus de 21 000 décès par an.

Source 2018 : Fédération Française de l'Assurance

Les accidents domestiques

Accident domestique : définition

Les accidents domestiques sont les accidents qui se produisent au domicile ou dans ses abords immédiats : jardin, cour, garage et autres dépendances.

Chiffre-clé

Les accidents scolaires

Les accidents scolaires sont les accidents qui se produisent, selon le cas, lors du trajet domicile-établissement scolaire, durant les heures d’éducation physique et, plus généralement, dans l’enceinte de l’établissement scolaire.

Les autres accidents de la vie courante

Sont également considérés comme des accidents de la vie courante :

  • les accidents survenant à l’extérieur (dans un magasin, sur un trottoir, près du domicile…),
  • les accidents de sport, de jardinage, de bricolage,
  • les accidents de vacances et de loisirs.

Exemples d’accidents de la vie courante

Les accidents de la vie courante peuvent être classés en fonction de leur nature :

  • les chutes,
  • les noyades,
  • les suffocations : asphyxie provoquée par l’obstruction interne ou externe des voies respiratoires (par exemple : ingestion d’un corps étranger ou de la nourriture dans la trachée),
  • les intoxications : ingestion ou exposition à des substances médicamenteuses, des produits chimiques ou des gaz et vapeurs ;
  • les accidents par le feu : accident causé par les incendies et par l’exposition à l’inflammation d’une substance, aux flammes et à la fumée.

Chiffres-clés

En France, la noyade est la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 15 ans.
Source : www.invs.sante.fr

Assurance accident de la vie courante

Les accidents de la vie courante peuvent être couverts par une assurance spécifique : l'Assurance des accidents de la vie.

L’assurance des accidents de la vie permet de prendre en charge les conséquences financières et matérielles de tous les types d’accidents de la vie courante : les accidents domestiques, les accidents scolaires, les accidents survenus à l’extérieur, les accidents de sport, de loisirs ou de vacances…

Ayez toujours à disposition une trousse de premiers secours pour soigner les plaies légères : compresses stériles, pansements microporeux, antiseptiques…

En cas d’accident plus grave, voici les numéros d’urgence à connaître : 18 (sapeurs-pompiers), 15 (SAMU) ou 112 (si vous utilisez un téléphone mobile).

Pour en savoir plus, consultez la fiche « Que faire en cas d'accident ? »

Comment éviter les accidents domestiques ?

Voici quelques liens utiles pour limiter les risques d’accidents de la vie courante :

Retrouvez de nombreux conseils pratiques sur le site www.stopauxaccidentsquotidiens.fr afin de mieux prévenir les accidents de la vie courante et de les éviter.

Numéros d'urgence

Accidents exceptionnels : accidents chirurgicaux, agressions, etc.

Certains traumatismes non intentionnels peuvent avoir lieu dans des circonstances exceptionnelles : accidents médicaux (anesthésies, erreurs médicales, infections contractées à l'hôpital), agressions, attentats, catastrophes naturelles ou technologiques.

Certaines assurances spécifiques offrent une prise en charge matérielle et financière en cas d'accident de la vie quotidienne, mais également dans ce type de situations.

Pour aller plus loin :

Notre offre

Assurance des Accidents de la Vie

L’Assurance des Accidents de la Vie est destinée à vous couvrir en cas d'accident de la vie privée à travers des prestations d’assistance et une indemnisation en cas de dommages corporels.

Assurance des Accidents de la Vie

Avertissement : Les informations fournies par LCL proviennent de sources dignes de foi mais ne sauraient entraîner sa responsabilité en cas d'inexactitude.