Le risque d’intrusion et de cambriolage est une préoccupation bien réelle pour les Français. 63 % ont déjà été touchés personnellement ou ont un proche qui a déjà subi un cambriolage(1).

Cambriolage pendant les vacances : des Français plutôt inquiets

Le sentiment d’inquiétude a plutôt tendance à monter. 83 % des Français craignent – de façon ponctuelle ou plus durablement – d’être cambriolés. 72 % appréhendent de voir leur résidence secondaire squattée. Ils sont également 56 % à redouter que leur résidence principale subisse le même sort, avec à la clé des difficultés juridiques et autres pour déloger les squatteurs.

Squatteurs, expulsion : que dit la loi ?

La notion de squat est définie à l’article 226-4 du Code pénal. Il s’agit de « l'introduction dans le domicile d'autrui à l'aide de manœuvres, menaces, voies de fait ou contrainte, hors les cas où la loi le permet ». Le squatteur peut être puni d'1 an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende pour être entré dans le logement. Les mêmes peines s’appliquent avoir occupé ce logement.

En cas de squat, le propriétaire ne peut pas déloger les individus malveillants lui-même mais doit réaliser des démarches pour obtenir leur expulsion ou leur évacuation forcée :

  • Il est d’abord nécessaire de porter plainte pour violation de domicile au commissariat de police ou à la gendarmerie, puis de prouver qu’on est bien le propriétaire légitime du logement au moyen de divers justificatifs (factures, documents fiscaux…).
  •  Un officier de police judiciaire doit constater que le logement est bien occupé illégalement. Le préfet doit ensuite mettre en demeure les squatteurs de quitter le logement.
  •  C’est au propriétaire de solliciter le préfet par écrit. Le représentant de l’Etat a ensuite 48h pour statuer sur la demande, à compter de sa réception. Bon à savoir, vous pouvez vous faire assister d’un avocat pour rédiger le courrier adressé au préfet.

Le squat en chiffres

D’après un observatoire gouvernemental(2), 124 demandes sont déjà remontées aux préfets entre janvier et mai 2021. Dans 75 % des cas, le rétablissement du bien au propriétaire a eu lieu. C’est en Île-de-France que ce type de situations est le plus fréquent. Viennent ensuite les Hauts-de-France, la région PACA et l’Occitanie.

Un faible taux d’équipement en matériels de surveillance

Entrée par effraction, vol, squat : on le voit, les risques peuvent être multiples. Mais ils ont tous un point commun : l’intrusion non souhaitée dans le domicile. Pourtant, il existe des moyens pour se protéger et protéger son logement. Caméras de surveillance, détecteurs de présence, téléalarme : de nombreux dispositifs existent sur le marché. Mais ces équipements sont encore peu diffusés dans la culture française.

Seuls 24 % des personnes interrogées par le sondage disposent d’un système d’alarme (sirène, alarme…) connecté à un centre de télésurveillance extérieur. 34 % ont installé une porte blindée. 36 % disposent d’un vitrage sécurisé. Seuls les systèmes de verrouillage semblent avoir la cote, alors que les Français sont 61 % à disposer d’une serrure multipoints.

Protégez vos proches et votre logement

Vous êtes à la recherche d’un système simple et performant pour mettre à l’abri votre logement et ses occupants ? Découvrez la Télésurveillance LCL. Grâce à la solution de notre partenaire NEXECUR PROTECTION, bénéficiez d’une protection 24h/24, 7j/7 contre les intrusions, les vols et les incendies.

Des réseaux de proximité pour surveiller le logement

Si les équipements de surveillance sont très utiles au quotidien, vous pouvez également vous reposer sur des services de proximité qui permettront d’avoir toujours un œil sur votre logement… même si vous le désertez pendant la période estivale :

  • L’opération tranquillité vacances permet aux services de police et de gendarmerie de surveiller votre logement pendant votre absence. Pour en bénéficier, c’est très simple. Il vous suffit de remplir un formulaire accessible en ligne et de le remettre au commissariat ou au poste de gendarmerie le plus proche au moins 2 jours avant votre départ. Si vous habitez à Paris ou en petite couronne (départements 92, 93 et 94), il est possible d’utiliser un service d’inscription en ligne
  • La plateforme Voisins vigilants et solidaires est un service bénévole qui existe dans certaines communes. La liste des communautés en France est accessible en ligne. Grâce à ce service, vous êtes, en tant que chaque Voisin Vigilant, informé instantanément dès qu'un danger potentiel est signalé par un voisin ou par la police municipale. L’information se fait par SMS ou par téléphone, si vous n’avez pas de téléphone portable.

Ainsi, le juste niveau de protection résulte d’un équilibre en dispositifs de sécurité, comme la télésurveillance, et vigilance humaine assurée par les services de police/gendarmerie et les réseaux de voisins.

Notre offre

Télésurveillance

La Télésurveillance LCL est une offre qui permet de protéger votre domicile et vos proches 24h/24, 7j/7 contre les intrusions, les vols et les incendies

En savoir plus

(1) Etude Ifop pour Internorm, parue en juillet 2021 https://www.internorm.fr/actus/internorm/cambriolages-etude-ifop/
(2) https://www.lunion.fr/id260713/article/2021-05-28/le-phenomene-du-squat-de-logements-en-chiffres