Sébastien Hinous est conseiller Banque Privée depuis un an au pôle de Boulogne-Billancourt (92). “Je joue au rugby depuis le collège. J’ai grandi en Espagne et en Argentine qui sont plutôt des pays de football, mais j’ai déménagé à Grenoble où le rugby a une certaine cote. Mes amis y jouaient et j’ai trouvé ça sympa.” Il est très impressionné d’apprendre qu’il va partager cet article avec l’une des idoles de son enfance, Thomas Lièvremont.

Ce dernier est issu d’une fameuse famille de rugbymen. Comme ses frères, Marc et Matthieu, il a évolué dans le Top 14 mais aussi sous le maillot tricolore. “J’avais une appétence pour le sport en général, avoue-t-il. J’en ai essayé beaucoup. Nos parents voulaient que l’on pratique un sport collectif et un sport individuel, j’ai fait du rugby et de l’escrime. Quand il a fallu choisir, j’ai préféré me tourner vers le rugby qui semblait mieux me correspondre.”

Au service du collectif

L’ancien troisième ligne centre nous fait remarquer que le rugby est le seul sport collectif de combat. Mais ce n’est pas sa seule originalité.

“Dans le rugby, on se sacrifie pour l’autre. C’est le don de soi, l’abnégation. Sans l’autre, on n’existe pas, on se met au service du collectif”,

souligne Thomas Lièvremont. Sans s’être concerté, Sébastien Hinous ne dit pas autre chose lorsque l’on demande à ce qui lui plaît dans le rugby : “C’est génial. On joue avec les copains, l’ambiance est spéciale, assez unique. C’est l’équipe, pas les individus… Et à la fin on prend un verre avec l’équipe d’en face. Le sport en lui-même est sympa mais c’est ce partage qui est important. Le rugby est une école d’humilité. Elle apprend à toujours chercher ce que les autres nous apportent.”

Comme on le fait en Banque Privée en faisant appel à des équipes d’experts pointus dans leur domaine. Tous deux citent d’ailleurs la même valeur fondamentale en numéro un : la solidarité. “Par rapport à d’autres sports, c’est le collectif qui prime, précise Sébastien Hinous. On est obligé de faire confiance et de s’investir pour les gars à gauche et à droite. On a envie de donner le meilleur.” Thomas Lièvremont parle de surpassement et d’altruisme…

Prendre des coups et avancer

L’engagement est à l’évidence une valeur que le rugby partage avec la Banque Privée.

“C’est très notable vis-à-vis des clients, souligne Sébastien Hinous. On se décarcasse pour trouver des solutions et tout le monde s’y met. C’est toujours l’intérêt du client qui prime. Parfois, on prend des coups, comme au rugby, mais on avance.” L’ancien international enchaîne rapidement sur la puissance. “Le rugby était un sport d’évitement, c’est devenu un combat. Il faut marquer l’adversaire pour gagner. Les équipes alignent de plus en plus de gros costauds, mais tout le monde a sa place. Sur la Coupe du monde, il y a aussi des petits gabarits qui existent.” Sébastien Hinous concède que la légèreté n’est pas un avantage. “Mais il faut un équilibre entre puissance et technique. Les numéros neuf sont souvent petits et teigneux. C’est plus une question d’attitude que de puissance.”

Le conseiller Banque Privée pense aussi que le rugby lui a appris la patience et la persévérance, des qualités importantes dans son quotidien. “Tout ne paie pas tout de suite, certaines choses prennent du temps. Il faut savoir prendre du recul.”

Écoute et accompagnement

Après un cursus finances et marchés, Sébastien Hinous a suivi un master gestion patrimoniale en alternance. Et deux camarades l’ont convaincu de rejoindre LCL Banque Privée, pour la bonne ambiance et la perspective de gérer immédiatement un portefeuille.

Pour sa part, Thomas Lièvremont s’était lié d’amitié il y a une vingtaine d’années avec un conseiller LCL Banque Privée qui conduisait lui aussi son fils à l’école de rugby et il en est devenu client. “C’est plutôt mon épouse qui s’en occupe, mais je suis sensible à leur disponibilité, à leur écoute et à leur accompagnement.” Pour sa part, Sébastien Hinous retrouve dans la Banque Privée les valeurs d’entraide qui prévalent dans le rugby. Mais il est surtout frappé par l’importance de la transmission.

“Ici, comme dans le rugby, les cadres ont un rôle de coaching. Ils guident l’équipe.”

Thomas Lièvremont confirme : “C’est dans notre esprit de protéger les plus faibles. Les plus jeunes, les plus exposés… La charnière est toujours protégée par les avants. Nous avons eu la chance de rester longtemps un sport amateur. Ça se perd sans doute un peu aujourd’hui mais cet aspect de transmission de valeurs, de groupe, est sans doute plus ancré dans le rugby que dans d’autres disciplines.”

Esprit collectif, engagement, puissance et technicité, transmission… Contrairement aux apparences, l’univers de la Banque Privée et celui du rugby ne sont pas si éloignés. Ils partagent nombre de valeurs fondamentales. De celles qui créent le beau jeu et… qui font gagner !

Thomas Lièvremont

Formé à l’ES Argelès, Thomas Lièvremont a joué à l’USA Perpignan, au Biarritz olympique (avec trois titres de champion de France) et à l’US Dax. Il compte 37 sélections en équipe de France avec laquelle il a remporté trois Tournois des Six Nations dont deux grands chelems. Il a raccroché ses crampons en 2010 pour devenir entraîneur, notamment pour l’US Dax et l’Aviron bayonnais. Il a été manager de l’équipe de France des moins de 20 ans entre 2015 et 2017.

Sébastien Hinous - Conseiller Banque Privée et rugbyman