Economie et marchés

Les données macro-économiques publiées hier ont donné aux investisseurs des raisons d'être optimistes.

  • Aux États-Unis, les indicateurs de confiance des entreprises témoignent d’une amélioration du climat économique, dans le sillage de la reprise de l'activité décidée par de nombreux États fédéraux, bien que les valeurs indiquent toujours une poursuite de la récession. L’indice d’activité calculé par l’ISM progresse en mai, à 45,4 (contre 41,8 en avril) mais en dessous de 50, le point d'inflexion entre la phase d'expansion et le ralentissement économique.
  • En outre, le secteur privé aux Etats-Unis a supprimé 2,76 millions d'emplois en mai, selon l'enquête mensuelle du cabinet privé ADP, un nombre en forte baisse par rapport au mois d’avril (-19,6 millions d'emplois) et nettement inférieur aux attentes. Bien que ces chiffres ne soient pas confirmés par le rapport officiel que le gouvernement américain publiera vendredi prochain, ils semblent indiquer que le redémarrage de l'activité économique dans une grande partie du territoire américain a immédiatement bouleversé le marché du travail, qui est notoirement caractérisé par une grande flexibilité.
  • En Europe également, les enquêtes sur la confiance des directeurs des achats des entreprises de services, tout en dressant le constat de l'état de récession de l'économie continentale, ont été légèrement meilleures que le consensus, ce qui a remonté le moral des investisseurs. L'indice Markit de la zone euro dans le secteur des services a bondi à 30,5 (à partir du 12 avril et contre 28,7 attendu). L'indice composite de la zone euro ressort à 31,9 (contre 30,5 attendu). Cette nouvelle positive concerne les principales économies de la région - Allemagne, France, Italie - bien que les indicateurs soient bien en dessous de 50.
  • En Chine, le secteur des services a enregistré en mai le plus fort rebond depuis 10 ans, après trois mois de contraction liée à l'action du gouvernement pour contenir le coronavirus. L'indice PMI des services, développé par Ihs Markit-Caixin, est passé à 55 (contre 44,4 en avril) : le retour de l'indice au-dessus de 50 montre que le secteur est à nouveau en expansion. Les signes indiquant que le pire pour l'économie mondiale pourrait être derrière nous ont donné un nouvel élan aux bourses mondiales, en territoire positif depuis plusieurs séances. Une fois de plus, les marchés boursiers européens se sont distingués par leur exubérance, soutenus par un ensemble de facteurs : leur orientation plus nettement cyclique, les attentes selon lesquelles la BCE révélera un nouveau plan de relance lors de la réunion d'aujourd'hui et la sous-performance qu'ils accusent vis-à-vis des principaux indices mondiaux depuis le début de l'année. Au niveau sectoriel, la tendance européenne à la hausse a été soutenue par le secteur automobile, qui a bénéficié de l'annonce des prochains plans de soutien au secteur en France et en Allemagne, des actions des secteurs de l’assurance et des banques. Les États-Unis n'ont pas été absents de cette progression, avec une hausse moins visible, tant pour le S&P 500, porté par les sociétés industrielles, financières et de l’énergie, que pour l'indice technologique Nasdaq.

Les marchés hier

Les marchés asiatiques ont évolué en territoire positif (Nikkei 225 : +1,29% ; Australie : +1,83% ; Chine : +0,07% ; Corée du Sud : +2,87%, portée par l'annonce par le gouvernement du lancement d'une troisième série de mesures de relance budgétaire ; Hong Kong : +1,37% ; Taïwan : +1,73% et Inde : +0,83%). Les indices européens poursuivent leur rallye boursier (Eurostoxx 50 : +3,50% ; Dax : +3,88% ; FTSE MIB : +3,54% ; CAC 40 : +3,36% ; Ibex 35 : +2,95%). En dehors de la zone euro, le climat d'optimisme a également soutenu les bourses de Londres (+2,61%) et de Zurich (+2,33%). Séance positive pour Wall Street : l'indice S&P 500 a clôturé sur une hausse de 1,36% alors que le Nasdaq a gagné 0,78%. L'écart de performance confirme la rotation en faveur des titres « value » et cycliques au détriment des secteurs de croissance. Le climat d'optimisme s'est répercuté négativement sur les marchés obligataires mondiaux, qui ont connu une hausse généralisée des rendements, en particulier dans le segment du long terme. Les taux 10 ans US et allemand ont tous deux progressé, atteignant 0,76% (+0,08%), un niveau inédit depuis la mi-avril, et -0,36% (+0,06%) respectivement. La situation est similaire pour les pays périphériques, le BTP à dix ans s'élevant à 1,55% (+0,05%) ; la seule exception est la Grèce, dont les rendements ont légèrement baissé, à 1,47%.

Le prix du pétrole est resté stable, après les fortes hausses de la veille, le Brent s’inscrivant à 39,8 dollars le baril et le WTI à 37,3 dollars le baril. L’or s’est déprécié, reculant à 1 698 dollars l'once (-1,6%). A l’inverse, l’euro par rapport au dollar s’est apprécié, à 1,1237, un niveau similaire à ceux observés à la mi-mars.

AVERTISSEMENT : Achevé de rédiger le 04/06/2020.

Ce document est fourni à titre d’information uniquement. Il a été préparé par Amundi et LCL. Les informations qu’il contient ne constituent en aucun cas une offre ou une sollicitation par un membre quelconque du groupe Amundi ou de LCL de fournir un conseil ou un service d’investissement ou pour acheter ou vendre des instruments financiers. Ces informations sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos et ne doivent pas être considérées comme telles à quelque fin que ce soit. Cette publication ne peut être reproduite, en totalité ou en partie, ou communiquée à des tiers sans notre autorisation. Les informations figurant dans cette publication ne visent pas à être distribuées ni utilisées par toute personne ou entité dans un pays ou une juridiction où cette distribution ou utilisation serait contraire aux dispositions légales ou réglementaires, ou qui imposerait à Amundi ou ses sociétés affiliées de se conformer aux obligations d’enregistrement de ces pays. La totalité des produits ou services peut ne pas être enregistrée ou autorisée dans tous les pays ou disponible pour tous les clients.

Amundi Asset Management Société par actions simplifiée au capital social de 1 086 262 605 euros - Société de Gestion de Portefeuille agréée par l'AMF sous le n° GP 04000036 - Siège social : 90, boulevard Pasteur - 75015 Paris – France - Adresse postale : 90, boulevard Pasteur CS21564 - 75730 Paris Cedex 15 - France - Tél. +33 (0)1 76 33 30 30 - Siren : 437 574 452 RCS Paris - Siret : 43757445200029 - Code APE : 6630 Z - N° Identification TVA : FR58437574452