Pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, un seul mot d'ordre : restez chez vous ! Mais attention, « le mode de vie confiné accroît le risque d’accidents domestiques » prévient l’Académie Nationale de Médecine. Et s’il n'existe pas encore de chiffres officiels, de nombreux services de secours l'ont déjà constaté : chutes de toit ou d'échelle, empoisonnements, brûlures, départs de feu... Depuis le début du confinement, les accidents de la vie courante se multiplient. Voici un rappel des comportements à risques et des bons réflexes à adopter pour éviter d'encombrer inutilement les services d'urgence.

Le saviez-vous ?

Chaque année en France, les accidents domestiques font 11 millions de blessés, provoquent 4,5 millions de visites aux urgences, 500 000 hospitalisations et coutent la vie à un peu plus de 20 000 personnes.

Contrôlez vos appareils électriques

Confinement oblige, la grande majorité des Français est à la maison. Télétravail, télévisions allumées en continue, consoles de jeux qui tournent à plein régime, appareils électrique sur-sollicités... Si vous habitez dans un logement neuf, les risques liés à une surcharge électrique sont normalement limités. En revanche, si votre logement est ancien, ce ne sera pas forcément le cas.

Quoi qu’il en soit, trois règles sont à respecter :

  • Ne chargez pas tous vos appareils électriques en même temps ;
  • Évitez l’utilisation de multiprises ;
  • Vérifier que vos appareils électriques répondent aux normes européennes.

Bon à savoir

En France, 1 incendie domestique sur 3 est d’origine électrique (1)

Bricolage et jardinage : oui, mais avec prudence

Pour tromper l’ennui, beaucoup se lancent dans de longues sessions de bricolage ou, pour ceux qui le peuvent, de jardinage. Ce qui n’est pas sans risques : entre les mauvaises manipulations d’outils (marteau, scie) ou d’équipements (tronçonneuse, tondeuse, sécateur, taille-haies, etc.), mais aussi les chutes de toit ou d'échelle... Du jardin (ou de l’atelier) aux urgences, il n’y a qu’un pas.

Pour éviter de vous blesser, veillez à prendre quelques précautions élémentaires :

  • Avant de commencer toute activité de bricolage ou de jardinage, vérifiez l’état de votre matériel ;
  • Si vous utilisez des produits chimiques et/ou dangereux, portez des lunettes de protection. Idem si vous envisagez de faire du ponçage ;
  • Portez toujours des gants de protection ;
  • Rangez vos outils et votre équipement TOUJOURS hors de portée des enfants.

Surveillez de très près vos enfants

Chaque jour, en France, 2 000 enfants de 0 à 6 ans sont victimes d’accidents de la vie courante : noyade, étouffement, intoxication, chute, brûlure... Ils sont la première cause de mortalité chez les plus jeunes.

Les chutes
Elles constituent l’accident le plus fréquent chez les petits âgés de 0 à 6 ans. Il est donc impératif de ne jamais laisser sans surveillance un enfant lorsqu’il est sur sa table à langer ou dans son transat. De même, lorsque vous le changez, gardez toujours une main sur lui. Pour les plus grands, les risques de glisser ou de trébucher augmentent. Pour en limiter les conséquences, installez des protections d’angle sur les meubles, des bloque-tiroirs, des barrières de sécurité autour des escaliers (en haut et en bas), ainsi que des systèmes de sécurité pour bloquer l’ouverture des fenêtres. En outre, ne placez jamais de meuble sous une fenêtre et privilégiez les chaises hautes équipées de sangles.

Les noyades
Selon l'Institut de veille sanitaire, elles représentent la deuxième cause de décès accidentel chez les enfants de 1 à 14 ans. Dans 80 % des cas, elles résultent d'un manque de surveillance. D’où cette absolue nécessité : que ce soit dans le bain ou près d’une piscine, vous devez toujours garder un œil sur vos enfants. Quelques secondes et quelques centimètres d’eau suffisent pour qu’ils se noient. Si vous vous éloignez, même un très court instant, sortez-les de la baignoire et videz là.

L’étouffement
Ne laissez pas trainer de petits objets (pièces de monnaie, piles, boutons, capuchons de stylos, etc.) ou de petits aliments (bonbons, cacahuètes…) à portée de main de votre enfant. Par ailleurs, si c’est un nourrisson, placez-le sur le dos lorsque vous le couchez, évitez d’amonceler des peluches dans son lit et bannissez les couettes. Jusqu’à ses 2 ans, il doit dormir dans une turbulette.  

Les brûlures
Dans la cuisine, tournez toujours les queues de vos poêles et casseroles vers l’arrière et empêchez votre enfant de s’approcher du four. Lorsque vous lui donnez le bain, vérifier que la température de l'eau est à 37°C. Pensez aussi à ne pas laisser trainer de briquets et/ou des allumettes dans votre intérieur.

L’électrocution
La meilleure protection contre le risque d’électrocution consiste à empêcher les enfants d'accéder aux installations électriques. Pour cela, utilisez des cache-prises à clef ou à ventouse. Les prises à éclipses, dont les orifices sont obturés par l'intérieur en l'absence de la prise mâle, sont également à privilégier.

L’intoxication
Médicaments, produits d’entretien et de bricolage sont à tenir hors de portée des enfants. Faites également attention aux piles : ingérées, elles peuvent provoquer de graves lésions en raison de leurs composants chimiques. Par ailleurs, confinement oblige, ne laissez pas trainer vos flacons de gel hydroalcoolique. Vos enfants pourraient être tentés de les porter à la bouche.

En cas d’ingestion de produit dangereux, contactez immédiatement un centre antipoison. N'appelez le SAMU (15) qu’en cas de détresse vitale. Indiquez clairement à votre interlocuteur le nom du produit et la quantité avalée. Surtout, ne donnez pas d’eau à votre enfant et ne le faites pas vomir. Cela risquerait d’aggraver la situation.

Les personnes âgées, particulièrement exposées aux risques de chutes

Selon l’Institut Français des Seniors, les accidents domestiques tuent chaque année 9 000 personnes âgées de 75 ans et plus. 88 % de ces accidents sont dus à des chutes.
Pour les limiter, il convient donc de :

  • Remplacer les tapis glissants par des tapis antidérapants ;
  • Enlever tout obstacle encombrant les lieux de passage ;
  • Poser des barres d'appui dans les toilettes et la salle de bains ;
  • Multiplier les sources d'éclairage ;
  • Ne rien laisser traîner au sol (objets, câbles électriques, etc.)
  • Porter des chaussons et chaussures maintenant bien le pied.

Concernant l’éclairage, installez un chemin lumineux pour faciliter les déplacements nocturnes, prévoyez un interrupteur à l’entrée de chaque pièce et un éclairage accessible depuis le lit.

Les escaliers doivent, au minimum, disposer d’une rampe d’appui. Pensez aussi à bien les éclairer avec, par exemple, des diodes électroluminescentes placées sur les marches qui s’allument dès qu’elles détectent un mouvement.

À la cuisine, les différents rangements doivent être disposées de manières à ce qu’il ne soit pas nécessaire de s’accroupir ou de se hausser sur la pointe des pieds. En outre, l’utilisation d’une petite table ­roulante évitera de ­porter des charges trop lourdes ou trop chaudes d’un endroit à l’autre de la pièce.

Dans la salle de bains, il est possible d’utiliser des barres à ventouse pour aider à se déplacer. De même, l’âge venant, il est préférable de remplacer la baignoire par une douche de plain-pied, équipée d’un sol antidérapant et de barres d’appui. On peut également y installer un tabouret pour pouvoir faire sa toilette sans hâte et sans se fatiguer. La pose d’une cuvette rehaussée sur les toilettes est également recommandée.

Incendies : l’indispensable (et obligatoire) détecteur de fumée

Destinés à vous alerter la nuit en cas de départ d’incendie, les détecteurs de fumée, obligatoires depuis 2015, coûtent entre 20 et 30 €. Pour être efficaces, ils doivent être muni du marquage CE et conforme à la norme européenne NF EN 14604.

Bon à savoir

70 % des incendies mortels ont lieu la nuit (2)

Où les installer ?
Puisque la fumée s’élève dans les airs, il est naturellement recommandé de fixer les détecteurs de fumée au plafond, et plus spécifiquement à proximité des chambres à coucher. Si vous avez une maison ou un grand appartement, il est recommandé d’en installer plusieurs. En revanche, évitez de les placer dans votre salle de bains ou votre cuisine. Les fumées de cuisson ou la condensation liée à la vapeur d’eau risqueraient de déclencher l’alarme de manière intempestive

Quid de l’entretien ?
Pour vérifier le bon fonctionnement d’un détecteur de fumée, une seule solution : utiliser le bouton TEST au moins une fois par mois. Pensez également à le dépoussiérer deux fois par an.

Risques d’incendie : les 10 bons réflexes à adopter

  • Ne stockez pas des liquides inflammables près des sources de chaleur ;
  • Contrôlez régulièrement l’état de vos installations électriques ;
  • Ne laissez pas vos appareils électriques en mode veille ;
  • Ne saturez pas vos prises électriques, évitez les multiprises ;
  • Nettoyez votre cheminée ;
  • N’encombrez pas vos radiateurs ;
  • Restez dans cuisine quand vous l’utilisez ;
  • Ne laissez pas les enfants seuls chez vous ;
  • Ne stockez pas des liquides inflammables près des sources de chaleur ;
  • Si vous fumez, attention à bien éteindre vos mégots.

Souscrivez une assurance contre les accidents de la vie

Contrairement à ce que beaucoup pensent, les accidents de la vie ne sont pas couverts par l’Assurance maladie, ni par votre complémentaire santé ou votre assurance habitation. Ce qui peut s’avérer problématique puisque ces accidents peuvent parfois être à l’origine de préjudices aussi lourds que la perte de revenus professionnels ou une invalidité totale nécessitant une assistance permanente.

Pour que vous et votre famille soyez couverts en cas d’accident grave chez vous (brûlure, chute, intoxication, etc.), survenu dans le cadre de loisirs (sport, voyage, etc.), ou encore lors d’activités scolaires, il vous faut donc contracter une assurance spécifique comme l’assurance des accidents de la vie (AAV).

Moyennant une cotisation de 10 à 15 € par mois pour une personne seule (15 à 25 € par mois pour un couple avec deux enfants), elle vous permettra de percevoir une indemnisation visant à réparer le préjudice physique, ses conséquences sur la vie professionnelle, personnelle, matérielle et familiale de la victime.

Les meilleurs contrats ont un plafond d’indemnisation illimité, d’autres prennent en charge les invalidités  dès 1% (doigt coupé, brûlures profondes…).

Bon à savoir

L'indemnisation versée dans le cadre de l’assurance des accidents de la vie est plafonnée, c'est-à dire que son montant ne peut pas dépasser un certain seuil fixé par la compagnie d'assurance.

Notre offre

Assurance des Accidents de la Vie

L’Assurance des Accidents de la Vie est destinée à vous couvrir en cas d'accident de la vie privée à travers des prestations d’assistance et une indemnisation en cas de dommages corporels.

Assurance des Accidents de la Vie

Avertissement : Les informations fournies par LCL proviennent de sources dignes de foi mais ne sauraient entraîner sa responsabilité en cas d'inexactitude.

(1) Source : Observatoire National de la Sécurité Électrique (ONSE)
(2) Source : Ministère de l’Intérieur