Déclaration des revenus d’activité

Traitements, salaires, congés payés, appointements, primes, treizième mois, émoluments... Quelle que soit leur dénomination, les rémunérations que vous avez reçues en tant que salarié sont imposables en tant que revenus d’activité.

 En principe, ces rémunérations sont déjà connues de l’administration fiscale (car déclarées par votre employeur) et figurent dans votre déclaration préremplie pour vous et votre conjoint ou partenaire de Pacs.

Imposition des revenus d’activité de 2018 et CIMR

Avec la mise en place du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu au 1er janvier 2019, l’année 2018 est une année de transition. Pour autant, vous devez déclarez normalement tous vos revenus d’activité 2018 même si leur imposition sera en grande partie effacée grâce à l’imputation du crédit d’impôt pour la modernisation du recouvrement (CIMR). En effet, le CIMR évitera qu’en 2019 vous ayez à acquitter à la fois l’imposition sur vos revenus courants de 2018 et le PAS sur vos revenus de 2019.

 

Seuls les revenus non exceptionnels de 2018 ouvriront droit à ce crédit d’impôt. S’agissant des revenus d’activité, les salaires sont considérés comme des revenus non exceptionnels même si ceux perçus en 2018 sont supérieurs à ceux des années précédentes du fait, par exemple, de la réalisation d’heures supplémentaires, du changement de fonctions ou d’emploi, ou d’une augmentation du taux d’activité (passage d'une activité à temps partiel à une activité à temps plein). De même, les primes prévues par le contrat de travail, une convention ou un accord collectif ainsi que celles correspondant à l’usage dans l’entreprise sont considérées comme des revenus non exceptionnels. L’impôt normalement dû au titre de ces revenus d’activité non exceptionnels sera ainsi annulé.

 

En revanche, les revenus exceptionnels de 2018 seront normalement imposés en 2019. Sont notamment considérées comme des revenus d’activité exceptionnels les primes non prévues par le contrat de travail (primes accordées sans rapport avec l’activité et la performance dont le montant et le versement revêtent un caractère discrétionnaire).

Comment déclarer vos revenus d’activité en 2019 ?

Vérifiez attentivement les cases 1AJ et 1BJ préremplies de votre déclaration 2042. Elles comprennent : 

  • vos salaires proprement dits et vos avantages en nature imposables (le total figure sur votre fiche de paie de décembre 2018 sur la ligne « Montant net imposable » ou « Net fiscal »),
  • ainsi que les indemnités journalières versées par la Sécurité sociale : indemnités maladie, indemnités de congé de maternité, de paternité ou d’adoption, indemnités pour accident du travail pour leur quote-part imposable. 

Les montants sont erronés ? Il suffit de corriger. 

Les revenus des personnes à charge ou rattachées ne sont pas préremplis : pensez à les rajouter cases 1CJ et 1DJ.

Attention : en 2019, c’est à vous qu’il appartient de distinguer, sur votre déclaration de revenus, vos revenus d’activité non exceptionnels dont l’imposition sera effacée par le CIMR de vos revenus d’activité exceptionnels qui resteront imposés (le CIMR ne pourra s’appliquer qu’aux revenus d’activité non exceptionnels effectivement déclarés spontanément). Votre fiche de paie de décembre 2018 mentionne peut-être cette distinction en fonction de la nature des revenus versés par votre employeur.

Accident du travail ou maladie professionnelle

Les indemnités versées en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle sont imposables à hauteur de 50 % seulement de leur montant.

Déclaration des autres revenus imposables

Dans cette rubrique, cases 1AP et 1BP, sont mentionnés les revenus de remplacement (allocations de préretraite et allocations chômage) imposés comme des salaires. Cette rubrique est déjà préremplie : vous devez vérifier si les montants sont corrects et le cas échéant les corriger.

Déduction des frais professionnels

L’administration fiscale appliquera automatiquement sur vos salaires, indemnités journalières de la Sécurité sociale, allocations de chômage et préretraite déclarés au titre de 2018 un abattement pour frais professionnels de 10 % : abattement minimum de 437 € et maximum de 12 502 €, pour chaque membre du foyer fiscal salarié. 

Il s’agit d’une déduction forfaitaire destinée à couvrir vos frais professionnels ; vous n’avez donc aucun justificatif à fournir. 

Si vous estimez que vos frais professionnels dépassent 10 % de votre rémunération, n’hésitez pas à opter pour les frais réels. Vous pourrez ainsi déduire davantage. Dans ce cas, vous devrez conserver les justificatifs de vos dépenses et les présenter en cas de demande.

Avertissement : Les informations fournies par LCL proviennent de sources dignes de foi mais ne sauraient entraîner sa responsabilité en cas d'inexactitude.