close menu icon
LCL
LCL

ÉTAPE 09 : DIMANCHE 15 JUILLET ARRAS - ROUBAIX

Vainqueur de Paris-Roubaix 2015, John Degenkolb remporte l'étape à Roubaix devant Greg Van Avermaet, toujours Maillot jaune LCL et le Champion de Belgique, Yves Lampaert

Résumé de l'étape 9

John Degnkolb, maître des pavés

Vainqueur de l'Enfer du Nord en 2015, John Degenkolb a rappelé qu'il était toujours un spécialiste sur les pavés dans une course trépidante de bout en bout. Sorti du peloton avec Greg Van Avermaet en suivant une attaque d'Yves Lampaert à 15 kilomètres de l'arrivée, le coureur allemand a collaboré efficacement avec ses alliés de circonstance pour distancer un groupe dans lequel se trouvait le vainqueur de Paris-Roubaix 2018, Peter Sagan ainsi que la plupart des favoris pour la victoire à Paris. Moins tranchant que la concurrence sur les arrivées au sprint depuis un grave accident en 2016, John Degenkolb reste un redoutable finisseur. Il n'hésite pas à attaquer de devant à 250 mètres de la ligne d'arrivée et tient en respect ses deux adversaires pour lever une nouvelle fois les bras à Roubaix. Autre vainqueur de Paris-Roubaix (2017), Greg Van Avermaet échoue à la deuxième place devant le Champion de Belgique, Yves Lampaert.

https://twitter.com/MaillotjauneLCL/status/1018531136128069633

Bon a savoir :

MOINS DE BONIFICATION

Mis en place depuis la première étape, le nouveau système de point bonus disparaît avec la montagne. Placé dans les trente derniers kilomètres il permettait aux trois premiers coureurs qui s'y présentaient de gagner respectivement trois, deux et une seconde au classement général. Les temps de bonification de dix, six et quatre secondes accordés aux trois premiers de l'étape restent en place. Mais ils ne seront pas doublés pour les arrivées au sommet dans les Alpes comme c'était le cas en 2017. Ils le seront dans les Pyrénées.

Le point Maillot Jaune LCL

Le cruel destin de Richie Porte

Redoutée de tous les favoris, l'étape des pavés a rendu son verdict. Le grand perdant de cette 9ème étape est Richie Porte. Pris dans une chute causée par la collision avec une spectatrice après seulement 7 kilomètres de course, le coureur Australien est contraint de quitter la course dans une ambulance comme en 2017. Il s'est fracturé la clavicule avant même d'avoir atteint le premier secteur pavé. Devenu leader de remplacement, son coéquipier Tejay Van Garderen chutera également sur un des derniers secteurs pavés. Arrivé avec 5'47'' de retard sur le vainqueur, il dégringole de la 3ème à la 30ème place du classement général. Dans une moindre mesure, le deuxième du Tour de France 2017, Rigoberto Uran concède 1'55'' sur une chute aussi. Parti à la faute dans un virage, Chris Froome parvient à recoller aux groupe des leaders assez rapidement pour ne pas perdre de temps. Mikel Landa, tombé violemment  et Romain Bardet, victime de trois crevaisons réalisent un véritable exploit en ne concédant que 7 secondes à l'arrivée. Leurs coéquipiers ont bien mérité une journée de repos !

L'étape d'après

Sous les pavés, la montagne

Après neuf jours de courses concluent par une étape très éprouvante, les coureurs du Tour de France s'accordent une journée pour récupérer avant de reprendre directement dans les Alpes. Avec trois cols de première catégorie et un col hors-catégorie, l'entrée en matière sera exigeante pour les organismes sur cette dixième étape. Et ce n'est pas les deux kilomètres de route non bitumée qui seront emprunté après la montée du Plateau des Glières (hors-catégorie) qui devraient arranger leurs affaires !

null
null
null
null
null
null
null