Contrairement à l'idée reçue, il n'y a pas d'âge minimum pour ouvrir un compte bancaire ou un livret A au nom de votre enfant. Une démarche simple et fort utile pour déposer les étrennes des grands-parents et les cadeaux des proches. En revanche, vous devez attendre ses 12 ans si vous souhaitez le doter d'un moyen de paiement. Vous avez l'embarras du choix. A chacun sa formule.

Une carte de retrait pour une première initiation

Comme son nom l'indique, la carte de retrait permet uniquement de retirer de l'argent dans les distributeurs si le compte est créditeur. Votre enfant ne peut pas effectuer d'achat en magasin ou en ligne. Rattachée à un livret jeune, un livret A ou à un compte courant, cette version modernisée de la tirelire peut séduire les plus jeunes désireux de gagner un peu en autonomie.

Côté parental, vous décidez du montant maximal des retraits. Une appli bancaire permet généralement à votre ado de consulter son solde et ses dernières opérations. Idem pour les parents qui peuvent également effectuer toutes les opérations souhaitées : virements, blocage de la carte...

Une carte à autorisation systématique pour tout faire comme un grand

Véritable prouesse de la technologie, la carte à autorisation systématique consiste à interroger le compte du porteur de la carte avant chaque opération d'achat et de retrait. S'il dispose d'une provision suffisante, elle est acceptée. Dans le cas contraire, elle est rejetée. C'est cette formule qui est plébiscitée pour accompagner les premiers pas des ados dans la banque.

Avec cette carte de paiement et de retrait, valable en France mais également à l'étranger, il peut gérer son argent comme un grand, sans jamais se retrouver à découvert. Il dispose également d'une appli qu'il peut consulter afin de suivre l'évolution de son compte. En revanche, jusqu'à ses 18 ans, vous seuls avez la main sur le pilotage du compte bancaire que vous pouvez à la fois contrôler mais aussi sécuriser si nécessaire en effectuant une opposition, un virement ou en bloquant une fonctionnalité.

Une carte et un chéquier comme un adulte

Si vous comptez parmi les plus fortunés assujettis à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), il existe une astuce pour aider un de vos enfants et alléger votre fiscalité. Comment ? En lui accordant une donation d’usufruit temporaire sur un logement que vous possédez. Il pourra l’occuper gratuitement ou percevoir des revenus s’il le loue, et le bien sortira de votre assiette taxable sur la période déterminée (un an, trois ans, cinq ans…). En revanche, il devra être déclaré par votre enfant.

Pour aller plus loin

A lire, l'article Quelle carte bancaire choisir ?

Avertissement : Les informations fournies par LCL proviennent de sources dignes de foi mais ne sauraient entraîner sa responsabilité en cas d'inexactitude.